Une Fancy Fair durable – Ecole Saint-Joseph Boondael

Home/Alimentation, Déchets, Transversal/Une Fancy Fair durable – Ecole Saint-Joseph Boondael

A propos du projet

Une fête d’école peut produire une quantité importante de déchets. Mais à l’Ecole Saint-Joseph Boondael, ce n’est pas une fatalité ! L’école a réussi le défi de diminuer sa quantité de déchets en adoptant des petits gestes, en préparant la fête de l’école dans cette optique et en faisant attention le jour J.

Lors de la Fancy Fair de l’école Saint-Joseph Boondael du 30 mai 2015, le “groupe environnement” et la direction ont voulu mettre en place des actions de sensibilisation à la prévention et à la gestion des déchets. Ils voulaient limiter dès le départ le volume de déchets potentiel en tenant compte de celui-ci dès l’organisation des commandes, en utilisant de la vaisselle réutilisable et en triant au maximum les déchets pendant la fête.

Des parents actifs !

Des parents de l’Association des Parents de l’école ont créé un “groupe environnement”, actif depuis 2010. Son objectif est de sensibiliser toute la communauté scolaire et de mener des actions liées à l’environnement. Ils font participer l’école aux Good Planet Actions, ont installé des panneaux photovoltaïques sur le toit de l’établissement, mènent des actions de promotion de la mobilité douce (brevet cycliste, campagne Bouger CO2 léger, participation au Plan de Déplacements Scolaires de la RBC) et organisent un groupe d’achat collectif pour des fournitures scolaires respectueuses de l’environnement.

Ce groupe environnement a montré qu’il est assez facile de trier ses déchets et que ce geste représente un impact important sur l’environnement ! Il voulait que les visiteurs de la fête prennent conscience que nous avons un pouvoir en tant que consom’acteur pour réduire les déchets, par exemple en choisissant systématiquement les produits avec le moins d’emballage dans le commerce.

Les enseignants ont été sensibilisés à cette démarche pour qu’à leur tour, ils relayent l’utilité de la vaisselle réutilisable auprès des élèves. Ils ont également reçu des formations de Bruxelles Propreté.

L’Ecole Saint-Joseph Boondael a bénéficié d’un soutien financier de Bruxelles Environnement pour acheter des gobelets réutilisables personnalisés, des couverts en inox et des assiettes et bols réutilisables en bambou recyclé et sans phtalates. Cette vaisselle pourra être réutilisée à chaque événement de l’école !

Les gobelets ont été personnalisés et les élèves de tous les horizons (5 à 12 ans) ont pu proposer leur dessin. Un groupe de parents et d’enseignants ont ensuite choisi le dessin gagnant et les enfants l’ont découvert le jour de la fête !

Tout le monde met la main à la pâte

Le jour de la Fancy Fair, une équipe “vaisselle” a été mise en place et a remporté un franc succès. Les essuies avaient été réalisés par des enfants de l’école il y a quelques années et le lave-vaisselle de l’école a servi à laver les gobelets ensuite séchés à la main par les enfants et les parents avant de les ranger.

Même si le groupe environnement tient un stand à chaque événement pour sensibiliser les parents en présentant les actions entreprises durant l’année, en prévoyant des activités pour les enfants et des panneaux d’explication, l’action la plus difficile à réaliser a été la sensibilisation réelle des enfants et des parents.

En effet, l’école essaie déjà d’appliquer le tri sélectif et la réduction des déchets tout au long de l’année mais il est parfois difficile de communiquer cela aux parents. Des panneaux d’informations sur la vaisselle ont été créés et la vaisselle a été utilisée aux réunions de parents pour renforcer le message de réduction de déchets par la réutilisation.

Et les emballages?

En plus de la vaisselle, le groupe environnement a fait attention aux déchets d’emballages des aliments achetés pour l’occasion. Ainsi, les produits ont été achetés en vrac ou en faisant appel aux dons des parents qui ont apporté leurs plats sur des assiettes ou dans des plats avec lesquels ils sont repartis.

Les fraises ont été achetées directement au fournisseur via le GASAP de l’école ; les autres fruits ont été commandés chez Biofresh et livrés dans des caisses en carton ; enfin, les glaces, frites, fromages et sauces ont été achetés dans les quantités maximales par emballage.

Poules et compost… se complètent !

En plus de la vaisselle en bambou et des gobelets, l’école a reçu des sous pour acheter 3 bacs de compostage, 3 poules et pour construire un poulailler ! Les déchets crus et cuits peuvent désormais être recyclés et le compost peut ainsi alimenter le potager de l’école déjà installé.

Le poulailler n’ayant été mis en place que fin novembre, le groupe environnement a collaboré sur ce projet avec le groupe de parents et d’enseignants travaillant sur l’alimentation durable à l’école. Ceci a permis une réflexion sur la quantité de déchets cuits qui restaient à chaque repas… Les 3 poules ne suffisant pas à les éliminer…

Le projet avance avec la pesée durant une semaine de la quantité de nourriture livrée, la quantité servie, la quantité non ouverte et la quantité restée dans les assiettes. Ceci dans le but de repenser considérablement les commandes.

En attendant de repenser les quantités commandées, les poules représentent un bon outil de sensibilisation aux déchets puisque ce sont les enfants qui les nourrissent après chaque repas passé à l’école. Il y a des rotations dans les tranches d’âge qui s’en occupent tant pour les nourrir que pour les soigner. De plus, il s’agit d’un outil pédagogique extraordinaire pour les petits comme pour les grands!

Des efforts qui paient !

A la fin de la Fancy Fair, la personne qui s’occupe de la collecte des déchets de l’école a constaté un inversement des proportions de poubelles en volume. D’habitude les sacs blancs sont les plus nombreux. Or, cette fois-ci, c’était les sacs de carton et de papier (dû aux décorations et aux caisses de livraison) qui étaient les plus nombreux.

Et après…

L’objectif est d’aller de plus en plus loin avec la sensibilisation des parents et des enfants pour passer vers un changement de comportement, éviter les malheureuses disparitions de vaisselles et continuer à privilégier les commandes locales et/ou bios pour lesquelles de grosses différences de prix n’ont pas été observées.