L'Eco-teens du Collège Mattéo-Ricci : une semaine pour sensibiliser toute l'école » Bubble

L’Eco-teens du Collège Mattéo-Ricci : une semaine pour sensibiliser toute l’école

Photos fiches projets

Détails du projet

Une Eco-teens au service du climat

« Eco-teens » est un projet qui vise à renforcer la participation des jeunes bruxellois face aux enjeux climatiques et environnementaux. Le terme « éco-teens » désigne un groupe autonome, pérenne et proactif d’élèves du secondaire qui se rassemblent de façon volontaire afin de mener des actions en faveur de l’environnement au sein ou en dehors de leur école. 

Découvrez-en plus sur la dynamique Eco-teens à Bruxelles.

Voici le projet que l’Eco-teens du Collège Mattéo-Ricci est fière de vous partager. 

 

                                                                                Une semaine d’actions climat pour sensibiliser toute l’école

Mattéo-Ricci est Eco-School. A ce titre une Eco-team constituée d’enseignants et d’élèves pilote le label. Les élèves sont à ce point intégrés et actifs au sein de l’éco-team qu’il n’y a pas lieu de les rebaptiser « Eco-teens »

Pouvez-vous vous présenter?

Je m’appelle Madeleine, je suis enseignante de latin et de grec au Collège Matteo Ricci à Anderlecht depuis 2020. Je suis également coordinatrice du projet Eco-Schools du Collège qui a été mis en place dès l’ouverture de l’école en 2019.

Pouvez-vous décrire l’action menée ? En quoi cela consistait ?

Durant l’année scolaire 2022-2023, nous avons voulu créer un gros événement autour du projet Eco-Schools, pour sensibiliser et mobiliser toute l’école autour d’activités écologiques. Nous avons donc organisé une semaine « éco-école », appelée « We-eko ». Durant toute la semaine, des challenges étaient proposés aux classes avec des prix à la clef. L’ensemble était organisé et géré par les élèves de l’Eco-team, secondés et encadrés par les membres de l’équipe éducative, eux-mêmes membres de l’éco-team. 

Quelles sont les étapes par lesquelles vous êtes passés pour concrétiser ce projet ?

Le projet s’est vraiment construit avec les élèves durant nos réunions éco-team (1 à 2 fois par mois sur le temps de midi, entre élèves et membres de l’équipe éducative). Très rapidement, l’idée de défis lancés aux élèves et aux classes a émergé.

Pour définir les challenges, nous avons gardé à l’esprit quelques contraintes telles que le budget, la faisabilité, le temps, etc.

Concernant la communication, une quinzaine de jours avant le début de la semaine, une campagne d’affichage a été menée majoritairement prise en charge par une enseignante et secondée par un élève. Le projet et le programme de la semaine ont également été communiqués en amont via les organes de l’école citoyenne (délégués de classe, cercle de classe, etc.).

Lors de la semaine en tant que telle, des annonces au micro, des passages en classes, des affiches rappelaient aux élèves et membres de l’équipe éducative le défi du jour, l’appel des gagnants, etc.

Quels conseils donneriez-vous à une école qui souhaiterait se lancer ?

Il faut faire attention au calendrier tant scolaire que civil. Les excursions en tout genre pour les différentes années ou options ont parfois mis à mal l’organisation des challenges ou ont biaisé les résultats.

Il est également important d’avoir un noyau solide dans l’éco-team, pour la bonne gestion des actions et des défis. La mobilisation des élèves et des membres de l’équipe éducative est indispensable.

Est-ce une action facile ou difficile à mettre en place ?

Elle demande une organisation importante en amont, avec un programme clair communiqué aux élèves de l’éco-team qui doivent être présents à certains moments à des horaires précis. L’équipe éducative doit être partenaire et conciliante, car certains cours sont dérangés (élèves de l’éco-team absents, passages et annonces en classe, etc.).  Le temps de préparation peut être long et la planification doit être précise, mais une fois la semaine lancée, les activités étant réparties sur différentes têtes, le déroulé est aisé. 

Quel a été votre rôle ? Comment vous êtes-vous réparti les tâches ?

Le projet dans son ensemble a été construit par l’éco-team : son concept, ses activités, sa relecture, etc. En tant que coordinatrice, je me suis chargée de la planification précise de la semaine et de sa communication à la direction d’abord, à l’équipe éducative ensuite, aux élèves de l’éco-team enfin.

Avec les autres membres de l’équipe éducative de l’éco-team, nous nous sommes répartis les jours de challenge : gestion des élèves, accompagnement des élèves en classe, préparation de la récompense, appel au micro, etc.

La mobilisation des élèves de l’éco-team a été importante. Les élèves les plus investis ont été présents toute la semaine pour l’encadrement des activités ; les autres se sont manifestés de manière plus ponctuelle. Nous n’avions pas instauré de présence obligatoire, car la priorité reste aux cours, mais les élèves se sont montrés autonomes, consciencieux et se sont régulés d’eux-mêmes dans la gestion des activités. 

Pourquoi cette action a du sens ?

Il s’agit de mettre au centre de la vie scolaire le projet éco-responsable : le rendre visible et l’expliquer. Toutes les actions ont un but de sensibilisation avec un aspect ludique, sans moralisation. Ce projet éco-responsable est l’affaire de toute l’école et une semaine d’actions permet de faire participer et vivre tout le Collège à ce grand projet.

De quoi êtes-vous fière ?

Des élèves de l’éco-team qui ont porté le projet par leur motivation et leur présence. Toute l’école s’est montrée partenaire et les classes ont participé activement aux challenges. Nous sommes fiers que la semaine ait été menée à son terme avec succès et il est clair qu’elle fait dorénavant partie des traditions de notre école. Elle est déjà fixée dans notre calendrier en 2024.

Partagez le projet sur
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur print
Partager sur email

Trouver un autre projet

  • Par thème

  • Par niveau scolaire

  • Par commune

  • Par mot-clé

Aller au contenu principal