Opération Ré-création : GO! TA Zavelenberg

 Ecole secondaire – 320 élèves
 Place Oscar Ruelens 13, 1082 Berchem-Sainte-Agathe
 P.O. : GO Scholengroep Brussel

Opération Ré-création a pour objectif de transformer les cours de récréation en espaces de jeu et de ressourcement végétalisés, mixtes et de qualité, tout en amenant de la nature rafraichissante dans le quartier.

Le GO! TA Zavelenberg fait partie des 20 écoles bruxelloises sélectionnées. 

En savoir plus sur le projet Opération Ré-création

Retrouvez ci-dessous le déroulé du projet de cette école.

Zavelenberg (18)
Avancée du projet
Conception participative 16%
Ligne du temps_G2_FR
Planning du projet

Fil d'actualité

Avril 2022 : Les élèves ne manquent pas d’idées !

On ne peut s’asseoir nulle part et du coup, on reste toujours à l’intérieur, dans les couloirs, même si ce n’est pas autorisé.

Manar, élève de 6e année

UNE COUR DE RÉCRÉATION SPACIEUSE MAIS VIDE, SANS INFRASTRUCTURE

GO! TA Zavelenberg est une école professionnelle technique qui, en plus des soins infirmiers et des langues, propose essentiellement des options du secteur de la construction et de l’industrie (électricité, électromécanique…).

Derrière le bâtiment principal de cette école de Ganshoren se trouvent deux grandes cours de récréation dénudées avec, à l’arrière, un bois qui n’est toutefois pas accessible (en toute sécurité) depuis la cour de récréation. Et même si les cours de récréation offrent un espace suffisant pour les 325 élèves, elles manquent clairement d’infrastructures pour pouvoir se détendre.

Faire un premier plan

Par une belle journée de printemps, en avril, Sanne et Ellemie de l’asbl Tournesol-Zonnebloem sont allées travailler avec un groupe d’élèves de secondaire pour entendre ce qu’ils aimeraient changer dans la cour de récréation. Après avoir joué le matin à des jeux sur le thème de la biodiversité, il est temps l’après-midi d’imaginer des plans avec les élèves pour réaménager la cour de récréation. Après les avoir passés à la loupe, Ellemie explique que l’idée d’aujourd’hui est de créer un premier plan à transmettre aux architectes.

La lavande est apaisante

Les élèves sont divisés en groupes de trois et chaque groupe reçoit un plan de la cour de récréation sur lequel ils peuvent placer des pictogrammes des aménagements qu’ils souhaitent. Pour les inspirer, on leur présente des photos d’autres projets de cour d’école. Selon de nombreux élèves, ce qui manque, ce sont des endroits pour pouvoir s’asseoir dehors.

 « On ne peut s’asseoir nulle part et du coup, on reste toujours à l’intérieur, dans les couloirs, même si ce n’est pas autorisé. Ce qui serait vraiment chouette, c’est un long banc sinueux, comme un serpent, qui traverserait la cour d’école. Et avec des arbres autour parce que pour l’instant c’est nu et il n’y a pas d’ombre du tout. » exprime Manar, sixième année.

Pour le manque de poubelles, elle a aussi une idée : « Ils devraient installer des filets à canettes. Pour l’instant, il n’y a pas assez de poubelles et les déchets se retrouvent par terre. Ces filets à canettes sont directs et écologiques. » Elle aimerait aussi qu’il y ait des plants de lavande : « La lavande est apaisante. On pourrait en mettre ici car les gens sont assez farouches. »

Des idées en suffisance

Rani et Rabia sont en deuxième année de ‘menuiserie’ : « Il y a déjà une cabane en bois mais elle n’est pas utilisée. Ce serait chouette d’en faire une cabane de jardin. Et il nous faut vraiment des tables et des bancs. Peut-être pas en bois car ils risquent de moisir facilement. »

Nawfel, quatrième année en commerce et langues, voudrait qu’il y ait plus d’herbe et une fontaine à eau. Et aussi un autre terrain de foot. « Parce que là où on joue au foot maintenant, c’est tout près du bois et lorsque la balle est envoyée dans le bois, on ne la récupère pratiquement jamais. On ne peut pas aller dans le bois et il y a plein de ronces. »

Qu’y a-t-il d’autre sur la wishlist ? Une sonnerie musicale avec de la musique moderne, un espace de cours extérieur, un fitness outdoor… Les idées ne manquent donc pas pour faire de la cour de récréation, actuellement morne, un espace de détente nature et attractif !

Avril 2022 : Interview avec Pilar Sola, conseillère & coordinatrice technique

La cour de récréation est actuellement un espace nu et morne, où les élèves ne peuvent rien faire

Pilar Sola, conseillère & coordinatrice technique

LA COUR DE RÉCRÉATION COMME EXTENSION D’UN ESPACE VERT

Pilar Sola est conseillère & coordinatrice technique, et responsable de l’infrastructure de l’école GO! TA Zavelenberg. Elle suit de près le projet Opération Ré-création, et raconte pourquoi la cour de récréation a tellement besoin d’être réaménagée et végétalisée.

Morose

Les cours de récréation sont vides, le revêtement est vieillot et abîmé, et l’ambiance y est plutôt morose.

« La cour de récréation date de 1967 et est en très mauvais état. Rien n’a été rénové depuis. De plus, le béton au sol s’est affaissé un peu partout et il y a plein de flaques quand il pleut. », précise Pilar. Vu le vide de la cour de récréation, elle est utilisé pour le moment uniquement lors des récréations des élèves.

 « Nos élèves ont besoin d’un espace extérieur où ils peuvent s’asseoir ensemble, faire du sport, se détendre. Ce n’est pas du tout le cas pour l’instant. Pas de banc pour s’asseoir, pas d’endroit pour se mettre à l’abri quand il pleut. »

Besoin de détente et de bouger

En plus d’un nombre suffisant de places assises conviviales, il faut aussi des zones incitant à bouger. Il y a quelques tables de ping-pong, mais elles sont dépassées et inutilisables. Pilar aimerait les garder et les intégrer au nouveau projet. « Ce serait bien que les élèves aient l’occasion et les infrastructures pour bouger et faire du sport. Nous n’avons même pas d’espace de sport intérieur, les cours de gym se donnent ailleurs. »

Pilar explique que beaucoup d’élèves ont du mal à se concentrer. « Ils doivent pouvoir se défouler et fixer leur attention sur autre chose pendant la récréation. Après les confinements dus au corona, nous avons remarqué que les élèves avaient encore plus de mal à rester assis toute la journée à l’école et à rester concentrés. »

Elle poursuit : « Il faut aussi absolument un espace couvert où les élèves peuvent s’abriter en cas de pluie et où des cours peuvent être donnés dehors, à l’ombre lorsqu’il fait beau pour que les élèves puissent travailler sur une matière dans un environnement distrayant. L’espace ne manque pas. Ce serait donc fantastique de pouvoir l’exploiter au maximum. »

Un prolongement de l’environnement vert

L’école se trouve dans un environnement vert qui jouxte la zone naturelle De Zavelenberg.

« Actuellement, la cour de récréation est vraiment morose par rapport au reste de l’environnement. Nous souhaitons que la cour de récréation soit un prolongement de l’écrin vert dans lequel elle se niche. La plupart des élèves de notre école habitent dans un environnement urbain et ne sont pas vraiment habitués à la nature. C’est pourquoi nous avons déjà lancé l’aménagement d’un verger. Nous aimerions renforcer le respect de la nature chez nos jeunes Bruxellois. Et faire de la cour de récréation un environnement agréable et stimulant où les élèves, le personnel et les riverains peuvent prendre un bon bol d’air et profiter. »

Documents de travail

Diagnostic technique
Diagnostic technique
Kopie van 20220321_113748
Plan des élèves
Plan adultes
Plan des adultes
Souhaits
Synthèse des souhaits
Programmation
Plan de programmation

Galerie photo

Discussion et sélection de types d’aménagement pour la future cour

Article écrit par Bee-Com Dies – Wilma Schippers.   ©Crédits photo : Bénédicte Maindiaux.

Aller au contenu principal