Opération Ré-création : Ecole Clair Vivre Omega & Alpha

 Ecole maternelle et primaire –  843 élèves
 Rue de la Résistance 29, 1140 Evere
 P.O. : Administration communale d’Evere

Opération Ré-création a pour objectif de transformer les cours de récréation en espaces de jeu et de ressourcement végétalisés, mixtes et de qualité, tout en amenant de la nature rafraichissante dans le quartier.

L’école Clair-Vivre Omega & Alpha fait partie des 20 écoles bruxelloises sélectionnées. 

En savoir plus sur le projet Opération Ré-création

Retrouvez ci-dessous le déroulé du projet de cette école.

BE- Ecole claire-vivre-omega © Bénédicte Maindiaux -4443
Avancée du projet
Esquisse 28%
Opération Ré-création_ligne du temps_bubble
Planning du projet

Fil d'actualités

Novembre 2021 : Sport et cour de récré : développer la pratique

J’aime faire découvrir de nouvelles pratiques sportives à mes élèves. Le réaménagement de la cour de récréation élargit le champ des possibles.

Vincent Delcourt, professeur d’éducation physique

RENCONTRE AVEC VINCENT DELCOURT, PROFESSEUR D’ÉDUCATION PHYSIQUE 

Réaménager la cour de récréation, un plus pour les activités sportives? Nous avons évoqué la question avec Vincent Delcourt, professeur d’éducation physique à l’école Clair-Vivre à Evere. Le projet Opération Ré-création lui tient particulièrement à cœur.

« J’imagine organiser un Koh Lanta pour les petits », rêve Vincent Delcourt. S’il organise déjà des jeux d’orientation avec ses élèves, la perspective d’une cour végétalisée l’enthousiasme encore davantage. « On pourrait créer un réel univers imaginaire, se croire dans la jungle par endroits », s’amuse-t-il. Jouer de la nature tout en développant des compétences motrices est bel et bien un objectif. Il ajoute : « Si l’on insère un point d’eau, je pourrais les inviter à faire des jeux de relais qui demandent de l’agilité en transportant des seaux d’eau par exemple ».

Quid du terrain de foot ?

Actuellement, en plein milieu de la cour de récré, le terrain de foot est une source de tensions constantes. « Plusieurs surveillants sont nécessaires. Malgré tout, je pense qu’il est important de le garder car les enfants le demandent et en ont besoin », souligne Valérie Lega, directrice de l’école Clair-Vivre Omega. Vincent Delcourt partage cet avis: « Il faut maintenir deux goals et deux paniers de baskets, pour la récréation comme pour les cours de gym. Déplacer cet espace dans une zone un peu à l’écart ou bien l’encaisser pour délimiter naturellement le terrain peut être une solution ». L’idée plait et laisse libre cours à la réaffectation de l’espace ballons actuel. Un labyrinthe végétal, une zone naturelle, des potagers contre le mur…

Grimper davantage

Apporter du relief pour permettre de monter et descendre d’une zone à l’autre est l’une des caractéristiques du réaménagement d’une cour de récréation. A l’école Clair-Vivre, un mur d’escalade existe déjà. Questionnés par l’asbl Tournesol-Zonnebloem, qui contribue au processus participatif du projet Opération Ré-création, les élèves ont souligné l’envie de prolonger cette zone, de l’agrandir, d’installer un revêtement plus mou à sa base. « C’est une bonne idée. Cela travaille l’audace et l’agilité. Les enfants adorent escalader. Dans cette dynamique, on pourrait aussi imaginer des ponts de singe, des passages en hauteur », confirme le professeur d’éducation physique.

Une entrave au sport ?

Des points négatifs au réaménagement, Vincent Delcourt en voit peu. « Cela risque effectivement de minimiser l’espace de pratique sportive. Il faut veiller au fait de laisser une zone cyclable car on entraîne les élèves dans la cour avant de les emmener dans la rue », relève-t-il. Mais son appréhension principale reste d’avoir des matériaux durables. « Avec des enfants, tout s’abîme rapidement ». Augmenter les possibilités de jeux en extérieur est, en tout cas pour lui, une manière de solutionner les problèmes de disponibilité de locaux. « La salle de sport est parfois affectée à d’autres activités… La cour est une vraie alternative en cas de beau temps », conclut-il.

Octobre 2021 : rencontre avec les adultes pour établir une vision commune

Lorsque les enfants s’ennuient dans la cour de récréation, ils ont tendance à s’embêter entre eux. Je suis persuadée qu’un réaménagement de la cour peut faire diminuer ce problème.

Valérie Lega, directrice de l’école Clair-Vivre Omega.

PETITS ET GRANDS RÊVENT DE LEUR COUR DE RÉCRÉ DE DEMAIN

Après le brainstorming des enfants concernant le réaménagement de leur cour de récréation, quinze membres du personnel de l’école Clair-Vivre à Evere se rassemblent à leur tour. Confrontation – ou plutôt adéquation – de visions.

« Les enfants grattent le mini interstice entre les revêtements artificiels et les dalles de béton à la recherche d’un peu de terre. La cour des maternelles est fermée par une grille et six classes se partagent 150 m2 ». Les points positifs de la cour actuelle de l’école Clair-Vivre à Evere, Muriel Bouko, institutrice d’une classe verticale de 1ère et 2ème maternelle a des difficultés à en trouver, en tout cas pour la section maternelle. Aujourd’hui, elle participe, avec d’autres membres de l’établissement, à un atelier de brainstorming visant le réaménagement de la cour de récréation.

Miser sur les éléments naturels

La cour est spacieuse… plus de 4.000 m2 mais l’espace est morcelé, entièrement bétonné et visiblement trop peu aménagé. « Les enfants disent qu’il n’y a pas suffisamment de zones de jeux ou d’activités », relaie Luc Degraer, l’un des accompagnateurs du projet issu de l’asbl Tournesol-Zonnebloem. Cela manque d’éléments naturels, entend-on. De terre, de sable, d’eau, de végétaux. « Je rêve d’une cour en bac à sable pour les petits », ajoute Muriel Bouko. Rêver, c’est justement ce que Laurence Jonckers, project manager chez 21 Solutions, propose pour cet atelier.

Confronter le rêve à la réalité

Pendant le brainstorming, les idées et envies fusent. Un amphithéâtre, des modules et jeux en bois, des cabanes en saule… Très vite, Valérie Lega, la Directrice de Clair-Vivre Oméga apporte un point d’attention : « Attention aux éléments en bois. Je ne veux pas que l’on mette des installations qui seront jolies pendant seulement trois ans. Il faut que cela soit durable et solide ». Faire se rencontrer les rêves et la réalité, c’est justement le travail de Simon Beaujean, architecte paysagiste du bureau Ecorce, chargé d’élaborer l’esquisse du réaménagement. Trouver l’équilibre est l’un des challenges de sa mission. Parmi ceux-ci : clôturer les espaces sans enfermer. « Nous aimerions en effet que la frontière soit plus souple entre les petits et les grands », explique Valérie Pasteyns, directrice de l’école Clair-Vivre Alpha.

Enfants et adultes alignés

Lorsque vient le moment de confronter les idées des adultes avec celles des enfants collectées lors d’un atelier précédent, les plans convergent. « On connait bien nos petits bouchons », dit Monique, la concierge de l’école dans un sourire. De la couleur, des zones pour glisser, pour grimper, pour faire la classe dehors, du relief, de la végétation… « Si l’on parvient à réaliser nos idées, notre cour va, à elle seule, faire grimper notre nombre d’inscriptions », plaisante Valérie Lega. Et Monique d’ajouter: « Et moi, je n’aurai plus besoin de partir en vacances… j’aurai la cour de récré ».

Documents de travail

Diagnostic technique_Clair vivre
Diagnostic technique
03_Sensibilisation élèves_plan_Clair vivre
Plan des élèves
Plan des édultes
Synthèse des souhaits
05_Zones_Clair vivre
Zones proposées
05_Plan de programmation_Clair vivre
Plan de programmation
20-220127-Priorisation-Claire_Vivre
Priorisation

Galerie photos

Diagnostic de la cour

Atelier autour de la cour rêvée

Article écrit par Bee-Com Dies – Fanny Leroy.   ©Crédits photo : Bénédicte Maindiaux 

Aller au contenu principal