A propos du projet

Situé dans un coin boisé de Boitsfort, le site « Sainte Thérèse » de l’Institut de l’Assomption est une petite implantation (10 classes) qui jouit d’un cadre très agréable. Anne Gillet, l’institutrice de la classe de 5ème/6ème primaire, a choisi de travailler en cycle afin de privilégier la coopération et parce qu’elle aime mener des projets ambitieux avec ses élèves. Le projet « bruit » de Décibelle et Groboucan était fait pour elle…

LEUR DEFI

L’institutrice de 5ème/6ème, Anne, aime les projets et l’environnement en particulier. Elle n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai : papier, eau, énergie,… Tout ça, elle connaît ! Elle a voulu rajouter une corde à son arc et à celui de ses élèves en menant avec l’asbl Empreintes le projet « Décibelle et Groboucan », la gestion des nuisances sonores à l’école.

QUELQUES ACTIONS REALISEES

  1. Organisation d’une semaine contre le bruit ciblée sur le réfectoire
  2. Confection d’une mascotte/marionnette « anti-bruit »
  3. Campagne d’affichage dans l’école
  4. Mise en place de parapluies « absorbeurs » au réfectoire
  5. Réalisation de bricolages dans des grandes boîtes en frigo lite placées au réfectoire

La classe se met au travail…

Dans la classe d’Anne, on est habitués à travailler ensemble. C’est un cycle entier qui y est réuni. Les 6èmes aident les nouveaux arrivants à s’intégrer. Et cela passe par la mise en place de défis, de projets communs.
Dès le début de la première année du défi « bruit », la classe toute entière a pris part aux animations. Il n’a pas fallu longtemps pour que les premières réalisations apparaissent : affiches, récolte de parapluies usagés,… Mais, la classe ne s’est pas arrêtée là. Soutenue par l’écoteam d’adultes nouvellement créée, elle a décidé de faire partager son expérience à l’ensemble des élèves !

Une mascotte anti bruit!

Souvent le bruit est insidieux… petit à petit le volume augmente et que faire alors ? A part crier encore plus fort pour se faire entendre ?
Pour ramener le calme en classe, les élèves ont pensé à la création d’une marionnette « anti bruit ». Tel un signal, elle permet sans crier davantage de se rendre compte que « trop c’est trop ».

Un concours du meilleur dessin a permis de créer une magnifique mascotte tout en titillant la créativité des plus petits.

… et toute l’école lui « emboîte » le pas !

La mascotte n’était qu’une des actions menées lors de ce grand défi contre le bruit. Les élèves d’Anne et l’écoteam ont planché sur un Plan d’Actions ambitieux : parapluies et boîtes en frigo lite au réfectoire, rédaction d’une charte « bruyante »,… Chacun y a trouvé sa place. Les élèves d’Anne rédigent la charte ; les élèves de 3ème/4ème récoltent des parapluies et décorent les boîtes que Véronique, la responsable du réfectoire, a récoltées ; les plus petits dessinent des projets pour la future mascotte. Même les parents ont été mis à contribution pour coudre celle- ci !

D’une pierre deux coups :

des boîtes en frigo lite pour décorer le réfectoire et pour absorber le bruit