Opération Ré-création : Ecole en couleurs

 Ecole maternelle et primaire –  217 élèves
 Rue Rodenbach 37, 1190 Forest
 P.O. : Ecole en couleurs asbl

Opération Ré-création a pour objectif de transformer les cours de récréation en espaces de jeu et de ressourcement végétalisés, mixtes et de qualité, tout en amenant de la nature rafraichissante dans le quartier.

L’Ecole en couleurs à Forest fait partie des 20 écoles bruxelloises sélectionnées. 

En savoir plus sur le projet Opération Ré-création

Retrouvez ci-dessous le déroulé du projet de cette école.

rsz_be_ecole_en_couleur_rue_rodenbach_©_bénédicte_maindiaux_-0294
Avancée du projet
Conception > Permis d'urbanisme 30%
Opération Ré-création_ligne du temps_bubble
Planning du projet

Cette école est accompagnée par un consortium composé du bureau d’architecture AAC Architecture, du studio d’architecture de paysage et de design urbain l’Atelier Caneva-s, de l’agence de design et de développement OSMOS Network et du bureau d’étude et de conseil ARIES consultants,  mandatés par Bruxelles Environnement. 

Fil d'actualités

Octobre 2022 : le plan de la future cour est finalisé !

Novembre 2021 : l'équipe pédagogique, motivée pour un projet ambitieux

Nous voulons amener la nature dans la cour pour permettre aux enfants de créer des liens dans un environnement plus serein et mieux adapté à leurs besoins.

LA NATURE POUR JOUER LIBREMENT    

A l’occasion d’un congé pédagogique, l’équipe de l’Ecole en couleurs est (presque) au grand complet. Objectif de cette demi-journée : faire un diagnostic partagé et imaginer un nouvel aménagement des deux cours. L’enthousiasme est palpable tant le potentiel est grand. « On va finir par se battre pour surveiller la récréation » souligne, avec un brin d’humour, Cindy membre de l’équipe extrascolaire. Retour sur les points forts du projet pensé par les adultes.

Plus de nature accessible aux enfants

Le grand bâtiment classé de l’école compte deux cours : l’une à flanc de rue, l’autre en intérieur d’ilot. Quelques arbres, quelques buissons et des bacs potager sont les rares éléments végétaux. « Les arbres sont vieux, les espaces de terre très limités et on ne peut même pas récolter les fruits qui tombent au sol et attirent les guêpes. Du coup, les éléments de nature de la cour ne sont pas en accès libre aux enfants. C’est vraiment dommage ! souligne Marie-Rose, institutrice en maternelle. Surtout qu’interdire, ça ne fonctionne pas ! »

En finir avec les cours de récréation sous eau

La perméabilisation des sols est aussi un véritable fléau qui transforme les cours en lac à chaque grosse pluie. L’eau n’est plus absorbée, les canalisations anciennes saturent. « Avec les grandes toitures et moins de béton, il y a pourtant moyen de repenser l’évacuation des eaux pluviales » souligne Denis, en charge des infrastructures de l’école. L’idée d’installer une rivière ou un chemin d’eau dans chaque cour fait l’unanimité. Manipuler, transvaser, transporter, comprendre le cycle de l’eau et ses différents états, mais aussi comprendre la pollution, les inondations ou le changement climatique : l’équipe y voit une ressource inépuisable de jeux, d’observations et d’apprentissages.

La nature, espace de jeu libre

« Et si on supprimait le foot ? »  C’est presque un tabou, tant le foot semble essentiel, aux plus grands des garçons de primaire en particulier. Mais n’est-ce pas justement parce qu’il n’y a pas d’autres activités adaptées à leur âge dans la cour ? Sans véritablement trancher la question, un consensus est établi pour des changements ambitieux et végétaliser au maximum. Justement parce que la nature est un espace de jeu libre, sans finalité assignée, qui permet une expérimentation et des jeux non genrés, pour tous les âges, par tous les temps. « C’est vraiment un projet très motivant ! » conclut Alice, directrice de l’école.

Octobre 2021 : Journée de sensibilisation avec les élèves pour découvrir ce que la nature peut apporter

LA NATURE À L’ÉCOLE : UNE ÉVIDENCE !

Cela fait des années que l’Ecole en couleurs cherche à améliorer l’aménagement des espaces extérieurs. Dans cette école à pédagogie active, l’observation, la connaissance et le respect du milieu naturel font partie intégrante du projet scolaire. Avec l’Opération Ré-création, toute l’école s’est mise en mouvement pour concevoir des cours favorables à l’épanouissement des enfants et à la biodiversité.

Des enfants très concernés

Irène, Youri, Basile, Scarlett et les autres sont les ambassadeurs et ambassadrices du projet. Ils sont très fiers de travailler ensemble pour l’aménagement des nouvelles cours. Chaque élève a initié la réflexion avec son groupe classe et les idées fusent pour améliorer les espaces. Même les maternelles ont travaillé en classe et amené des réflexions très pertinentes : supprimer les dalles noires instables où il fait trop chaud en été, faire quelque chose pour ces flaques d’eau, ne pas laisser le banc de l’amitié à côté des poubelles, changer les « vieux arbres moches » … Car sur l’enjeu de la biodiversité aussi, les enfants se sentent très investis : « La nature nous fait du bien à nous aussi parce qu’on est des animaux » souligne Arthur. « Elle nous donne tout, renchérit Lucas, de l’eau, de l’air, de l’oxygène, de quoi manger et se soigner ». « Rien qu’en regardant on se sent bien » ajoute Agata. 

Un biodiversimètre très moyen

Dans ce beau bâtiment Art Nouveau construit en 1911, les enfants bénéficient de deux cours, l’une pour les primaires, l’autre pour les maternelles qui sert également pour la garderie. Ces zones de jeux sont très minérales en raison du bâti, mais l’école a déjà fait ce qu’elle pouvait pour y garder du vert : un espace potager, un compost, des petits bacs plantés, quelques arbustes et le maintien de plusieurs arbres âgés, dont certains donnent des fruits. Pourtant, quand les enfants réalisent l’audit de la biodiversité des cours avec Heide et Maïlys, de l’asbl Tournesol, ils arrivent à peine à un score de 10 sur 30 : « On n’a pas beaucoup de choses » note June. « Ca va être notre mission de s’améliorer ! »  déclare Cyndi, animatrice et éducatrice.

Jouer avec la nature

Les enfants ont ensuite jonglé entre besoins et contraintes : se défouler et être au calme, se protéger de la chaleur comme de la pluie et des inondations, observer ou manipuler, jouer ou manger, mais aussi accueillir la faune et la flore, renforcer la présence de la nature dans la ville. Sur les plans, les enfants ont bien équilibré les attentes : mares et circuit d’eau, hautes herbes, copeaux, buissons et talus complètent des espoirs de balançoires, escalade, parcours et cabanes. Et dans cette école où la classe se fait aussi dehors, les enfants ont même prévu un amphithéâtre dans chacune des cours !

Documents de travail

01_Diagnostic technique
Diagnostic technique
03_Sensibilisation élèves_plan
Plan des élèves
04_Rencontre adultes_plan
Plan des adultes
05_Souhaits
Synthèse des souhaits
05_Zonage
Zones proposées
05_Plan de programmation
Plan de programmation
05_Priorisation
Priorisation

Galerie photos

Jeu autour de la biodiversité et des maillages vert et bleu en ville

Audit de la biodiversité dans la cour – Identification des lieux qui plaisent et déplaisent

Quelques propositions des élèves

Rencontre avec les acteurs adultes – octobre 2021

Article écrit par Bee-Com Dies – Virginie de la Renaudie.  ©Crédits photo : Bénédicte Maindiaux.

Aller au contenu principal