Opération Ré-création : Ecole Clarté

 Ecole maternelle et primaire –  241 élèves
 Avenue Firmin Lecharlier 80, 1090 Jette
 P.O. : Administration communale de Jette

Opération Ré-création a pour objectif de transformer les cours de récréation en espaces de jeu et de ressourcement végétalisés, mixtes et de qualité, tout en amenant de la nature rafraichissante dans le quartier.

L’école Clarté de Jette fait partie des 20 écoles bruxelloises sélectionnées. 

En savoir plus sur le projet Opération Ré-création

Retrouvez ci-dessous le déroulé du projet de cette école.

Cour Clarté6
Avancée du projet
Esquisse 28%
Opération Ré-création_ligne du temps_bubble
Planning du projet

Fil d'actualité

Décembre 2021 : perspectives d'un projet qui rencontre l'enthousiasme collectif

C’est très excitant car nous venons de découvrir la première esquisse du projet, cela nous donne déjà un avant-goût de ce qui nous attend !

INTERVIEW DE LA DIRECTRICE, PAOLA CRISTALDI

Paola Cristaldi est la Directrice de l’Ecole Clarté, en remplacement de Mme De Wit, en congé de maternité. Elle assure la coordination du projet et veille à impliquer chacun, apportant à la fois un regard d’enseignante et de Directrice par son changement de fonction. Alors que les sessions de sensibilisation avec les enfants et les rencontres adultes ont eu lieu, c’est l’occasion d’évoquer avec elle la suite du processus.

Madame Cristaldi, expliquez-nous comment le projet de Re-création évolue ?

C’est très excitant car nous venons de découvrir la première esquisse du projet, cela nous donne déjà un avant-goût de ce qui nous attend, même si le projet va encore évoluer ! L’étude du sol a été réalisée et il est aussi prévu qu’un architecte vienne sur place pour planifier les travaux.  

Quelle est votre vision idéale de la cour de récré ?

L’objectif est d’avoir une seule cour pour les maternelles et les primaires, qui combine différents espaces pour répondre aux besoins des enfants : un coin pour les sportifs, un coin pour s’asseoir et papoter, un coin pour se défouler, un autre pour permettre aux petits de chipoter, patauger, faire de la miche-popotte ! On a très envie d’un point d’eau et d’un labyrinthe naturel avec des plantations – nous avons notamment vu des exemples de cours avec une rivière, cela fait rêver !

Les parents ont-ils également été impliqués dans le processus ?

Il n’y a pas d’association de parents dans l’école mais certains parents sont membres du Conseil de participation, ils sont donc impliqués dans les projets de l’école. Une maman a participé à la 1ère réunion, et a assuré le relais auprès des autres parents, qui sont très enthousiastes.

Envisagez-vous une ouverture de l’école au quartier, par exemple pour des activités extra-scolaires ?

Lors des échanges avec les équipes, nous avons évoqué l’envie d’ouvrir l’école aux gens du quartier, notamment les familles qui n’ont pas de jardin et pourraient profiter de la cour quand il fait beau. Mais la décision incombe au pouvoir organisateur de la commune.

Avez-vous constaté des freins lors des échanges avec les enfants et avec l’équipe éducative ?

Les enfants de fin de primaire sont un peu frustrés du fait qu’ils ne pourront pas profiter de la nouvelle cour, qui sera installée dans environ 2 ans. Mais ils pourront venir aux fêtes de l’école ! Aussi, les enfants se demandent comment se déroulera le chantier : auront-ils encore de la place pour jouer pendant les travaux ? Nous les rassurons en leur expliquant que cela sera organisé par phase.

Du côté des adultes, parmi les points d’attention, il y a la volonté d’avoir des aménagements qui perdurent dans le temps, et que la sécurité des infrastructures soit maintenue même à l’usure. La question de l’entretien revient aussi dans les discussions, mais je pense qu’on peut s’organiser. Aujourd’hui, l’entretien est assuré par les enseignants durant l’année et par le concierge pendant les vacances. Comme nous avons 2 implantations, les enseignants se partagent le travail. Il y a un enthousiasme général et je suis très impatiente que cela se concrétise !

Octobre 2021 : journée de sensibilisation pluvieuse avec les enfants

Les grands entament un projet aujourd’hui et ce sont les petits qui en profiteront dans 2 ans. Mais c’est important qu’ils puissent aussi voir l’évolution sur un an, il y a des petites choses qu’on peut déjà mettre en place.

LES ATOUTS DE LA VÉGÉTALISATION POUR UNE COUR AGRÉABLE À VIVRE EN TOUTE SAISON

En cette journée grise d’octobre, 14 enfants sont rassemblés pour contribuer au projet avec l’asbl Tournesol-Zonnebloem. Pourquoi installer plus de nature dans une cour de récré ? Quels sont les effets de la végétalisation en période de pluie ou de canicule ? Comment améliorer le confort de la cour et la rendre plus accueillante pour la biodiversité ? Une session qui confirmera tout son sens par une météo pluvieuse en fin de matinée…

Explorer la cour

Première mission : l’observation ! Les enfants sont chargés d’explorer attentivement leur cour de récré et d’y retrouver des éléments listés par Tournesol (des arbres, des feuilles mortes, un vieux mur, de l’herbe, etc.). Une session qui réserve bien des surprises, tant ils apportent un nouveau regard sur un espace qu’ils occupent pourtant au quotidien ! « On a trouvé un vieux mur, des feuilles mortes, des grands et des petits arbres, du lierre et même un abri pour les hérissons », explique Alice. « C’est souvent plus facile de chercher les abris que les animaux, qui ont tendance à se cacher », explique Maïlys aux enfants. « Là-bas, il y a un hôtel à insectes, et du bois avec des petits trous. On ne savait pas qu’il y en avait ! », s’exclament Diego et Abdela. 

Classer les zones

Maïlys rassemble ensuite les enfants pour leur expliquer leur prochaine mission. Ils sont chargés de déposer des plots de couleur selon le type de zone observée.

  • Orange : pour identifier les obstacles, les espaces où on risque de trébucher
  • Bleu : là où on retrouve des flaques d’eau, les zones glissantes. « Moi j’aime bien ça, je saute dans les flaques ! », dit Lina.
  • Vert : là où il y a des plantes, des arbres, de l’herbe.
  • Blanc : pour les zones de courant d’air – « Près du préau ! », dit une enseignante.
  • Jaune : pour les espaces où il y beaucoup de soleil et de chaleur en été.

Alors que les enfants s’activent dans la cour, les premières gouttes de pluie commencent à tomber. En quelques minutes, des trombes d’eau emportent les plots posés de-ci de-là… certaines zones de la cour sont littéralement inondées ! « Tout le monde reste à l’intérieur svp, la cour est inondée » relaye le haut-parleur dans le préau et les couloirs. « Ça tombe bien, je voulais installer une piscine dans la cour ! », s’exclame une institutrice.

L’occasion d’échanger avec Maïlys, qui a expliqué ce matin aux enfants que les zones bétonnées n’absorbent pas l’eau de pluie. « Cela démontre bien l’importance du projet ! Pour l’aménagement de la nouvelle cour, on fera en sorte qu’il n’y ait plus d’inondations », explique-t-elle en souriant, face à cette conclusion inattendue de la matinée.

Documents de travail

Diagnostic technique
Diagnostic technique
03_Sensibilisation élèves_plan
Plan des élèves
04_Rencontre_adultes_plan
Plan des adultes
05_Souhaits
Synthèse des souhaits
05_Zonage
Zones proposées
05_Plan de programmation
Plan de programmation
Priorisation

Galerie photos

Audit de la biodiversité dans la cour 

Découverte des notions d’ilots de chaleur et de fraicheur en ville – Expérimentation du concept de perméabilité par l’observation de l’écoulement de l’eau à travers différents matériaux

Identification des lieux qui plaisent et déplaisent

Articles écrits par Bee-Com Dies – Magali Ronsmans.  ©Crédits photo : Bénédicte Maindiaux.

Aller au contenu principal