A propos du projet

L’alimentation durable, le potager, l’eau, l’énergie… L’école maternelle 2 de Schaerbeek foisonne d’activités environnementales. Grâce à l’aide précieuse de la commune, ce sont toutes les classes qui en bénéficient. De projet en projet, c’est :

L’ARBRE QUI CACHE LA FORET

Lorsque l’on franchit l’enceinte de l’école maternelle autonome 2, les bricolages de légumes suspendus au plafond, le jardin, les affiches et les panneaux donnent le ton. Tout a commencé par la libération de Petit Arbre et Grand Arbre « emprisonnés dans les dalles de la cour de récré », explique Filip Engelen de la cellule pédagogique Propreté et Espaces verts de la commune de Schaerbeek. Avec son aide et son accompagnement, la cour a été délestée d’une partie de ses dalles. L’espace libéré a fait place au « haricot magique », lieu d’accueil pour les insectes et plantations fleuries, décoré par les créations en récup’ des enfants. En effet, « pour que les enfants respectent l’endroit, il faut qu’ils apportent tous une réalisation et s’approprient le lieu », explique Joëlle Van Langendijk, directrice de l’école.

Faute d’une terre convenable, le « haricot magique » ne pouvait accueillir de plantes potagères.  Qu’à cela ne tienne, l’institutrice Nathalie Vancausbroeck installe alors des potagers en carrés sur les toits plats des anciennes commodités ! Accompagnée par l’asbl « Le début des Haricots » dans le cadre de son projet « Jardin des couleurs », l’enseignante a mis en place une collaboration avec un enseignant du primaire. Le projet consistait en des activités autour du jardin et de la cuisine à destination des 5-8 ans afin d’assurer une continuité entre l’école maternelle et primaire. Toutes les trois semaines, un repas de midi était même préparé pour toutes les classes ! « Les enfants ont vraiment évolué et grandi avec ce projet », constate l’institutrice. A tout cela s’est ajouté des animations artistiques et créatives menées par Sibrine Devlaminck, une autre institutrice, ainsi que des sorties, notamment autour de la pomme en automne avec l’asbl « Tournesol-Zonnebloem ».

« Les personnes ressources et les partenaires sont primordiaux dans ce genre de projet », ajoute Joëlle Van Langendijk. En effet, Filip a aussi aidé à l’installation d’un potager dans la cour avec tous les enfants de l’école, tous âges confondus. Il a notamment proposé des animations dans le Parc Josaphat où se trouvent les serres, le potager et le jardin pédagogique de la commune. L’objectif était que les enfants découvrent, touchent, s’aventurent et recherchent.

L’ENVIRONNEMENT POUR TOUS ET POUR TOUS LES GOUTS

Autant de projets et d’initiatives qui fédèrent les instituteurs et qui ont été récompensés en 2011 par le prix « Promopart » de l’innovation pédagogique et le prix d’Education relative à l’Environnement (ErE). Depuis lors, les idées n’ont cessé de se déployer dans une émulation progressivement partagée par l’ensemble de l’école. Sophie Delmarche, institutrice détachée à mi-temps, a par exemple repris le flambeau avec Nathalie pour organiser des ateliers groupés.

L’objectif étant que tous les enfants de l’école en bénéficient. Des animations sur l’eau ont été réalisées au Centre Régional d’Initiation à l’Environnement (CRIE) de Villers-la-Ville et au Parc Josaphat pour aborder la rivière et la mare. L’institutrice a même les clés d’accès du parc pour lui permettre notamment d’effectuer la cueillette dans les vignes avec les élèves !

Et ce n’est pas tout ! Une autre institutrice détachée également à mi-temps, Céline Darquenne, a développé depuis 2013 des ateliers énergie pour toutes les classes. « Au départ, c’était un projet d’une année mais maintenant, je me rends compte qu’il faut avancer au niveau de l’école, au niveau des bâtiments, pas qu’au niveau de la didactique », explique-t-elle. Avec l’aide de Denis Richir, animateur à l’association APERe, le projet « Je m’appelle énergie, jolie », voit progressivement le jour sans même l’apport de fonds extérieurs !

Activités proposées par thème et niveau

Alimentation 

1ère année : sensibilisation au respect de la nature

2ème année : découverte de la pomme, réalisation d’une compote et d’un livre

3ème année : observation de fruits, récolte de graines et semis, activités dans le potager dont récolte et activités culinaires avec les légumes semés par les élèves de l’année précédente

Energie

1ère année : découverte de l’énergie à travers son corps, réalisation de peinture à la bulle et de moulins à vent

2ème année : découverte des diverses sources d’énergie, utilisation rationnelle de l’énergie et des « bons gestes »

3ème année : approfondissement de la matière vue en 2èmeannée

Parallèlement à toutes ces activités,  les enfants découvrent le tri des déchets pendant la saison creuse du potager et un projet de construction de nichoirs est en court. Depuis 2014, une collation collective permet aux enfants de varier leur alimentation, de manger des produits de saison et de réduire globalement leur impact environnemental.

L’ensemble des projets a progressivement formé un terreau propice au collectif qui ne laisse pas les enfants indifférents. Filip raconte d’ailleurs qu’un jour, il a mis quatre pelles sur un tas de terre et a demandé aux enfants : « Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Les enfants ont répondu à l’unisson : on partage ! ». Instituteurs et élèves, tous réunis autour de ce même projet, y contribuent et en bénéficient.

DE LA SUITE DANS LES IDEES

Et pour tendre vers toujours davantage de cohésion au sein de l’école et de cohérence en matière de projets, l’équipe éducative souhaiterait décrocher progressivement le Label Entreprise écodynamique de la Région bruxelloise. Elle a également répondu à l’appel à projets de COREN « Ecole Pour Demain » qui devrait permettre d’encore mieux structurer leur démarche. Enfin, pour les projets à venir, la commune sera encore certainement sollicitée et l’idée d’inscrire les projets liés au potager et à l’énergie dans le projet d’établissement a été lancée. Une école pleine de ressources qui ne semble pas prête de se tarir !